Qu’est-ce qu’un télépilote de drone professionnel ?

Depuis juillet 2018, un télépilote de drone professionnel doit avoir suivi une formation pratique et théorique. Le cursus lui permet d’être certifiés et de recevoir un numéro ED de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile).
Le pilote doit également enregistrer son entreprise et être assuré en responsabilité civile drone.

Formation télépilote de drone

Pouvoir exercer ce nouveau métier et proposer à leurs clients des vues aériennes sous forme de photographies, de films ou de vidéos ainsi que des prestations techniques comme la cartographie, la modélisation 3D ou la thermographie aérienne. Pour devenir pilote de drone licencié, vous devrez répondre au règlement de 2018 publié par le ministre chargé de l’aviation civile. Ce règlement exige que les aspirants pilotes suivent une formation théorique et pratique.

Les étapes

Dans un premier temps, vous devez passer l’examen théorique dans un centre DGAC. Il dure une heure et demie et se compose de 60 questions à choix multiples sur les drones et leurs réglementations, alors renseignez-vous. Vous avez besoin de 75 % de bonnes réponses pour réussir dans le délai imparti (c’est-à-dire 45 questions). Une seule remarque : vous ne pouvez utiliser aucune sorte de notes ou de matériel d’aide pendant le test, alors assurez-vous de tout savoir !

Une fois votre certificat théorique obtenu, vous pouvez commencer la formation pratique dans un centre de formation drone. Là, vous apprenez dans différents scénarios, tels que S1, S2, S3 ou S4. Vous devrez effectuer au moins une heure de vol pratique pour chaque scénario avant d’être certifié en tant que pilote de drone qualifié. La certification remplace la DNC Déclaration de Niveau de Compétence délivrée par l’EASA lorsque vous réussissez les tests et démontre que vous êtes capable d’opérer un drone civil dans le ciel européen.

Les démarches administratives que le télépilote de drone professionnel effectue :

Les étapes administratives qu’un pilote de drone professionnel prend pour gérer son entreprise constituent une partie importante du travail, qui prend souvent plus de temps que le processus de vol et de capture d’image.

Inscription à la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile)

L’enregistrement d’un pilote et de son avion auprès de la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) est nécessaire en utilisant AlfaTango. Le télépilote obtient un numéro d’opérateur enregistré, appelé numéro ED, et peut commencer à exploiter son entreprise et obtenir toutes les autorisations de vol nécessaires pour les différents types de vols : en zones urbaines, à proximité d’aéroports ou d’autres zones sensibles.

Afin de prendre des photos ou des vidéos depuis le ciel en France, l’opérateur de drone doit déclarer une activité de photographie aérienne et de film à la DSAC Direction de l’Aviation Civile.

Seul un opérateur de drone professionnel peut effectuer des services aériens à des fins commerciales ; ne pas appeler un exploitant d’aéronef déclaré expose le pilote de drone et son client à de lourdes sanctions.

Pour savoir combien coûte une prestation drone, lisez notre article.

(10)